Breaking News
Home / Auteur / Dr Ted / Tristesse d’une fille de joie 5/5 (1)

Tristesse d’une fille de joie

Tristesse d’une fille de Joie

 

Tels nos cieux, de bleus, sa peau est parsemée.

Ses yeux ont oublié ce qu’on entend par s’aimer.

Elle espère finir par semer l’affection qui la suit,

Elle espère finir par semer l’affection qui l’a fui.

Pour elle qui trouvait si vile la vie de villageois,

La ville a été peu civile, jamais elle n’y vit la joie.

En fille canon, elle a fait boom à la rue de la joie,

Mais sur sa mine peu souvent il se rue de la joie.

 

Même si les yeux capitulent sur son corps capiteux,

La fille de joie n’est rien d’autre qu’un cas piteux.

La tristesse trouble hélas l’harmonie de ses cieux,

Et fait souvent sonner la larme aux nids de ses yeux.

Elle s’offre sans économie au sein de la capitale.

Pour elle faire des économies est un besoin capital.

Elle voit presque la pauvreté comme un péché capital,

En son être « capital » est gravé en lettres capitales.

 

Elle se sent mal d’avoir excité plus de cent mâles,

Mais ne se sent bien d’imaginer exister sans biens.

Ainsi elle force pour faire passer la pilule chaque jour,

Tout en continuant d’avaler la pilule du lendemain.

Car lorsqu’ils pénètrent ses enceintes sans capotes,

Elle compte sur la pharmacie pour pas que ça capote.

Mais hélas celle-ci ne peut pas l’épargner des IST,

Elle voudrait quitter ce monde mais a peur d’y rester.

 

Elle sait faire des avances pour avoir des avances,

Mais un retard va donner du retard à son avance.

Elle va donc sentir naître un être en son enceinte,

Et il est bien loin le temps où on la voyait en sainte.

Comme l’Océan, d’eau ses yeux sont parsemés.

Elle pleure car elle récolte ce qu’elle a fini par semer.

Mais quand sa fille est née elle a cru finir par semer

Le chagrin, en revivant ce qu’on entend par s’aimer.

 

Mais la joie de la trainée tenait plus de l’éphémère,

Et la tristesse n’a pas trainé à dompter l’effet « mère ».

Même si sa fille rend sa vie moins sens dessus-dessous,

Pour du liquide elle se liquide sans dessous dessus.

Alors que sa fille le jour lui partage plein d’affection

La nuit, des infectes lui partagent pleins d’affections.

Ses nuits blanches rêvent de mettre fin à ses jours noirs,

Car son corps de rêve lui fait vivre un cauchemar.

By Dr TED

Tous droits réservés©copyright 2018

 

 

Avez vous appréciez l'article ?

About lafrique

Check Also

Les Inconsciences Folles 2 (Fou)

J’écris comme noyé sous l’alcool -Et j’aimerais parfois l’être- Mais je suis noyé de tristesse …

One comment

  1. thierry d'arsène

    très joli poème…empreint de sensibilité et de mélancolie, je trouve qu’il se rapproche du Lai narratif. jolie oeuvre, j’aimerais en lire plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *