Breaking News
Home / Billets de blog / LE MENDIANT DE WAHRAN ET L’HOMME GENEREUX… (L’ARGENT DE MA FILLE de Saken GWEE) 5/5 (1)

LE MENDIANT DE WAHRAN ET L’HOMME GENEREUX… (L’ARGENT DE MA FILLE de Saken GWEE)

LE MENDIANT DE WAHRAN ET L’HOMME GENEREUX… (L’ARGENT DE MA FILLE de Saken GWEE)

 

Ne vous tournez pas les méninges plus longtemps pour savoir ce que ça veut dire « Wahrân ». Comme dirait quelqu’un : « il n’y a rien là ! » à part que je voulais jouer mes importants. Wahrân, c’est l’appellation arabe d’Oran… et pour ceux qui malgré tout ne s’y retrouvent toujours pas, Oran, c’est simplement une petite ville portuaire d’Algérie  rendue mondialement célèbre avec le roman d’Albert Camus : La Peste. Pour faire plus sérieux et revenir au sujet, il y’a une semaine environ je recevais le lien vers une chronique d’un ami algérien. La chronique au premier abord m’a surpris par sa taille ; à peine une page, donc rien ne me promettait le trouble que je devais subir ensuite…

Très vite, je pris conscience du désarroi de mon ami chroniqueur. Il se plaignait de la difficulté de la vie dans sa ville et son pays, de la mauvaise gouvernance, de l’instabilité et de la terreur. Il évoquait aussi la cherté de la vie qui était telle que certaines denrées coutaient plus chères en Algérie qu’en France. Tout cela était grave, bien sûr ! Mais le pire fût dans une illustration. Il parle d’un homme « généreux » qui se rend au marché pour faire ses courses et qui inspecte de près autant les prix qu’il trouve toujours très élevés, que les produits dont les proportions ne le satisfont presque jamais. Et comme si tout ce qui précède ne suffisait pas, un mendiant s’approche de lui et lui demande de lui offrir des bananes. L’homme qui est au fond généreux, demande le prix du kilo de banane, et apprend par là même qu’elles(les bananes) sont si chères qu’il ne pourrait se les offrir lui-même pour sa famille. Il s’excuse auprès du mendiant et le quitte…

 

UNE ŒUVRE THEATRALE

Heureusement pour vous mes fidèles lecteurs, vous n’êtes pas des mendiants et le livre que je vous présente aujourd’hui est loin de valoir ce kilo de banane hors de prix à Oran. En effet, L’ARGENT DE MA FILLE de Saken GWEE aux éditions CAURIS D’OR de 1998 ne vaudrait que 1200 frs CFA  que je n’ai d’ailleurs pas déboursés, puisqu’il m’avait gracieusement été offert.

RESUME

                Oman est un retraité d’une cinquantaine d’années, n’ayant pour unique richesse, ou plutôt espoir d’enrichissement, que sa jeune et belle fille en âge de se marier. Du moins c’est ce qu’il voudrait bien qu’on comprenne derrière son extrême avarice. En effet, cet homme qui évite de vous tendre une main quand il vous salue de peur de perdre sa chance ;  qui attache un sac en plastique sur sa bouche avant de dormir pour ne pas perdre son haleine ; ou qui rechigne les bains pour le gaspillage d’eau occasionné, n’est plus depuis quelques temps aussi pauvre qu’il le laisserait croire. Au contraire,  il est par le plus grand des hasards tombé sur un sac plein d’argent…

Et depuis qu’il a le sac d’argent qu’il garde bien en sécurité sous sa table, la paranoïa du vieux Oman est telle qu’il ne reçoit plus le moindre individu chez lui, n’ose plus sortir que pour aller s’enquérir de la situation de ses droits de retraite ; et même, quand il ose sortir, c’est après avoir instruit Pouna son serviteur de n’ouvrir à personne en son absence, et de mettre tous les meubles de la maison derrière la porte pour prévenir toute effraction. Donc, quand Taffo le politicien riche et corrompu vint chez lui demander la main de sa fille, même la promesse de se voir offrir la moitié de la fortune de ce dernier pour dot ne dissipa pas totalement chez le vieux retraité cet air suspicieux. Pourtant, jusqu’au surlendemain de l’arrangement, date convenue du mariage, et au-delà de la suspicion du vieil avare à propos de son sac d’argent, personne ne sembla découvrir le vice dans l’offre alléchante de Taffo. Le mariage aura donc lieu ; à moins que…

… A moins que la paranoïa du vieil avare ne le pousse, avant de se rendre chez Taffo pour les noces, à aller cacher son trésor dans une décharge, au milieu des ordures pour le garder loin d’éventuels voleurs le temps de la fête. C’est pourtant ce qu’il fera et malheureusement pour lui, Langa le serviteur de Taffo, témoin de la scène ne se fera pas prier pour s’approprier la valise. La peine d’Oman ! Oui, la peine qui le fera pleurer quand il constatera le forfait à peine revenu sur ses pas. Combien de temps durera-t-elle ? Et au prix de quels sacrifices pourra-t-il y mettre fin ? Le véritable amoureux de sa fille, le jeune Abdou entrera en jeu, et à coup de Révélations, de « chantages », de « déclarations » et de « signatures » ; il obtiendra du vieil homme : sa fille, des noces tous frais payés et la valise avec tout son contenu en cadeau de mariage.

 

MON OPINION

Entre l’euphémisme : « J’aime le théâtre » et l’hyperbole : « j’adore le théâtre » ; le choix est pour moi, plus difficile qu’il n’en a l’air. Pourtant ma dernière lecture portant sur ce genre remontait déjà à quelques années. Et je ne soupçonne même pas la raison de cette distance.

Parlant de L’ARGENT DE MA FILLE de Saken GWEE, c’est un théâtre qui, pour des retrouvailles avec le genre, aura tenu pour moi, toutes ses promesses; du moins pour la forme. Des personnages burlesques et attachants ; des scènes qui s’avancent inlassablement dans la déroute et le quiproquo ; et… et la meilleure de toutes : une frontière confuse entre le jeu entre les acteurs et le jeu avec le public. Sur ce dernier point, bien qu’il n’ait pas été poussé dans ses extrêmes, je me suis surpris en train d’imaginer les différentes possibilités d’improvisation que ça devait laisser aux acteurs. Mais, comme je l’ai dit, il ne s’agit que de la forme.

Quant au fond, j’avoue tout de suite que cette œuvre ne m’a pas ému plus que ça. C’est bien écrit, vocabulaire et syntaxe simples, tout comme l’intrigue d’ailleurs. Mais pour un livre paru il y’a vingt ans seulement, j’en ressors avec une pointe de déception. En effet, vous l’aurez peut-être remarqué ; bien que le titre évoque une fille et qu’il s’agit d’elle pendant toute l’œuvre, à aucun moment ce personnage n’apparait ; et mieux encore, son nom n’est même pas évoqué tout au long. Entre le quiproquo savamment entretenu mêlant la jeune fille et la valise ; des fiançailles décidées après long et houleux marchandage sans la présence même de la jeune fille ;  et le post-scriptum où il s’agit d’un mariage dont le nom de la mariée n’est pas, même une fois évoqué ;  je voudrais bien voir, avec un peu d’esprit, une manœuvre soit stylistique, soit purement interpellatrice et militante  de l’auteur… Mais, rien de simple !

 

MESSAGES PERCUS

Bien que l’  « auteur et imprésario » Manono promette que son histoire est sans morale, l’auteur (le véritable) Saken GWEE  pense probablement tout à fait autre chose. On n’a qu’à voir cette citation reprise en propos liminaire du livre.

« N’estime l’argent ni plus ni moins qu’il ne vaut :

c’est un bon serviteur, et un mauvais maître. »

Alexandre Dumas fils

La Dame aux camélias

 

By Philo Malangwe, 

© Tous Droits Réservés 2018.

Avez vous appréciez l'article ?

About Eunice Djuikam

Check Also

IL FAUT UN CŒUR POUR AIMER (La croix du cœur de Charly-Gabriel Mbock)

IL FAUT UN CŒUR POUR AIMER (La croix du cœur de Charly-Gabriel Mbock)   Depuis …

One comment

  1. Hello ,

    I saw your tweets and thought I will check your website. Have to say it looks very good!
    I’m also interested in this topic and have recently started my journey as young entrepreneur.

    I’m also looking for the ways on how to promote my website. I have tried AdSense and Facebok Ads, however it is getting very expensive.
    Can you recommend something what works best for you?

    Would appreciate, if you can have a quick look at my website and give me an advice what I should improve: http://janzac.com/
    (Recently I have added a new page about FutureNet and the way how users can make money on this social networking portal.)

    I have subscribed to your newsletter. 🙂

    Hope to hear from you soon.

    P.S.
    Maybe I will add link to your website on my website and you will add link to my website on your website? It will improve SEO of our websites, right? What do you think?

    Regards
    Jan Zac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *