Breaking News
Home / Billets de blog / Blog littéraire / A la découverte de la littérature Africaine (Prélude) No ratings yet.

A la découverte de la littérature Africaine (Prélude)

A LA DÉCOUVERTE DE LA LITTÉRATURE AFRICAINE

La littérature Africaine nait à l’époque lointaine et mystérieuse des griots et autres conteurs mythiques ; elle est donc essentiellement orale. L’histoire retient et j’ignore si elle a raison, qu’à cette période succède celle de la littérature d’héritage coloniale. Cette dernière se veut raconter les affres et injustices qu’on vécut les peuples noirs durant la colonisation. C’est donc en peignant avec réalisme le contexte social de l’époque coloniale que des écrivains comme Ousmane Socé impriment les premières lettres de la littérature Africaine d’expression francophone. A ces pionniers succèdent les très célèbres écrivains de la négritude. Nous sommes là entre 1930 et 1940, la poésie engagée et résolument tournée vers l’identitaire noir ou comme ils disaient nègre est à son apogée. De grands noms de la poésie émergent : Senghor, Damas, Césaire et tant d’autres. Mais ce n’est que pour un temps ; « la flambée de la négritude » comme on l’avait alors appelée se dissipe et un autre courant littéraire lui succède. Nous atterrissons vers les années cinquante l’heure n’est plus à la poésie mais au roman. L’écrivain se veut une fois de plus réaliste, mieux encore historien, toujours plus militant voire même moraliste. C’est avec cette époque que nous gagnons de grands noms de la littérature Africaine comme Camara Laye, Hamidou Kane, Ferdinand Oyono et Mongo Beti. A cet âge d’or hélas supplée le roman d’après indépendance, surnommé par certains le roman de la désillusion. On y parle des mutations d’après indépendance, on y dénonce les pouvoirs mis en place ; en bref on y parle de faits sociaux, d’histoire, d’Europe et très souvent de soi (autobiographie). A mon humble avis de1990 à nos jours c’est à peu de choses près la même ligne d’écriture qui guide la littérature africaine. Nous ne faisons qu’actualiser de vielles thématiques, remettre au gout du jour ce qui se disait déjà dans le passé. Mais une chose demeure sure, nous n’aurons jamais mieux innové dans nos façons d’écrire qu’aujourd’hui et moins bien innové aujourd’hui que demain.

Notre littérature suit l’histoire et je crains qu’avec le temps qui passe, l’avenir et le présent n’engloutissent dans l’ombre les milliers de voix d’écrivains africains qui aujourd’hui comme hier ont un message à porter haut. Voilà pourquoi nous sommes là, pour redonner à notre histoire et notre littérature la visibilité qu’elle mérite.

 

F L. 1/09/2015

Avez vous appréciez l'article ?

About lafrique

Check Also

On n’a pas toujours le choix

Les premiers rayons de soleil perçaient à peine les rideaux quand John ouvrit les yeux. …

2 comments

  1. J’espère en effet continuer à découvrir la littérature africaine francophone notamment grâce à ce blog.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *