Breaking News
Home / Auteur / ANEESA (épisode 0) No ratings yet.

ANEESA (épisode 0)

Prologue :

Assis sur les bords de son lit, Charles prend une grande inspiration, se tourne vers sa femme encore endormie et l’observe tendrement. Ça fait maintenant cinq ans qu’elle fait  partie de sa vie, cinq ans qu’elle partage son lit en tant qu’épouse cinq merveilleuses années pourtant entachée d’un lourd secret bien dissimulé. Lequel ? Vous le saurez bien assez tôt mes amis.

En attendant reprenons le cours des choses. Notre jeune ami, la trentaine environ, d’un teint noir ébène et d’une allure sportive mais filiforme, regarde désormais au loin par la baie vitrée qui donne sur le balcon de leur chambre. Il se lève se rapproche de la porte-fenêtre, m’ouvre et va sur le balcon. Le vent souffle fort mais la vue est si belle ; depuis le 14ème étage de  la tour Lumumba, la vue sur Kinshasa est imprenable. Nous sommes en 2035 et le paysage a bien changé. Vous vous souvenez encore des bidonvilles et des rues poussiéreuses, souvent sales, dangereuses et encombrées et bien tout ça s’était avant. Du temps a passé et l’eau a coulé sous les ponts ; en réalité depuis la création du fond monétaire Africain et la mise en place de l’Etat Unique et Autonome Africain en 2020, le paysage politique économique et social a bien changé. Je ne dis bien sûr pas que pour en arriver à ces mégalopoles et technopoles le chemin a été sans encombre ; non loin de là. Le peuple a souffert les sanctions internationales, les attaques militaires, les coups d’état et les tentatives d’éradication par armes chimiques et médicales, mais il a tenu bon. Après 5ans de troubles et de grands débats sur l’avenir du continent, nous en sommes arrivés à 10 ans de labeur pour bâtir des empires industriels, agricoles, technologiques et techniques. Le chemin est encore long vu qu’il y a encore des régions du continent où le développement tarde encore à bien s’implanter. Mais quand on regarde à Kinshasa, ses grattes ciels, ses parcs, ses grandes places, ses musées, ses entreprises et sa grande université ; quand à minuit, du haut de votre balcon vous pouvez voire des africains qui ne dorment pas mais travaillent et créent le rêve Africain vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept, il y a de quoi être heureux et impressionné.

Alors que notre homme est ainsi plongé dans ses réflexions, des mains se posent sur son torse nu ; c’est Jamila sa femme. Sans dire mot, il se retourne vers elle, l’embrasse, la soulève de terre et la ramène dans leur chambre. Il passe alors la main dans ses cheveux crépus, contemple son teint mat et s’endort niché dans ses bras.

 

By FAHI Leila, Tous droits réservés.

Avez vous appréciez l'article ?

About lafrique

Check Also

Dia de los muertos

Isabella, combien de fois dois-je te le dire ? Tu sais très bien que ta mère …

2 comments

  1. J’attends la suite.

    Merci L’Afrique Ecrit

  2. mon appétit n’a pas assez été aiguisé.désolée. Pour un prologue sensé donner envie de se plonger à corps perdu dans l’histoire, il n en a pas dit assez. Toutefois, je lirai la suite espérant decouvrir plus.
    question : peut on vraiment être d ‘allure sportive et filiforme?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *