Breaking News
Home / Auteur / Martin Paul Ze Ondja’a / Je n’ai pas les mots No ratings yet.

Je n’ai pas les mots

Les mots

Ce soir je n’ai pas les mots, ma plume est sèche
l’ennui est fraiche et la solitude est de mèche
je ne sais vraiment pas ce qu’elles tissent
mais ma plume n’exulte rien de bon dans ce qu’elle pisse
qu’est ce qui se passe ? j’essaye de sortir quelque chose
quête si éparse ! je m’attarde sur quelques causes
Mais rien pour l’instant, peut-être je gâche cet instant pour rien, je devrais passer à autre chose.

Je regarde par la fenêtre les gens qui passent
le temps qui passe et déjà mon encre qui glace
pas loin un homme passe de verre en verre
blondes ou brunes, il veut voir la vie en rose, il crit, rapportez moi une autre bière
il a mal car il boit, et il boit car il a mal
il m’a dit petit frère mon passé me fait très mal
Mais ce soir je n’ai pas les mots

Ils sont bien nombreux et c’est un peu toujours ça mon avenue
A quelques mètres une demoiselle offrira son corps au premier venu
Elle me dit tu payes le pass ou tu passes en paix, l’amour est mort, l’argent est mieux
Elle n’y croit plus depuis que l’homme de sa vie l’a trompé avec sa meilleure amie sous ses yeux

J’ai voulu dire quelque chose mais ce soir je n’ai pas les mots,
Comme lorsque j’ai cherché un sourire pour remplacer les larmes dans tes yeux
On ferme les yeux quand on meurt, mais seul la mort nous ouvre les yeux
Tu viens de perdre un être cher, j’ai pas les mots
J’ai juste ma présence et mon silence face à tes maux
Je ne suis pas sûr qu’il existe une contre-émotion à cette forme de sentiment
un mélange de douleur de peine de haine, de tout ce ressentiment
Alors je m’assieds juste près de toi et j’attends
Tu pourras trouver appui sur mon bras si impuissant que je tends

Ce soir je n’ai pas les mots,
j’ai cru l’apercevoir dans un virage
j’ai couru dans sa direction et je l’ai recherché sur tellement de visages
je me suis aperçu que c’était un autre mirage
j’écris ce désir lointain, comme un rêve âgé,
Son départ et son absence qui m’ont ravagé,
Nous sommes plus de la même planète, tu l’as trouvé lui et tu as oublié mon image
je n’existe plus, tu as construit un monde sans moi de l’autre coté du rivage

Ce soir là tu n’avais pas les mots, quand tu es partie
et j’ai pas pu te retenir et je suis en tort
mais si tu me détestes c’est que tu m’aimes encore
peut être pour exister j’ai besoin de cette empathie
on a tous cette douleur qu’on trimballe mais faut penser à vivre sa vie
malgré les avis, les blessures qu’évoquent le retour de vieux visages et les vis à vis
je te souhaite tout le bonheur, et de garder à jamais mon vingt ans
mais la guerre de l’amour a une paix que la dame actuelle veut tant

Il commence à faire froid ici dehors, et puis le texte c’est pas sûr que je l’ai là
Mais bon, il y a Hervé, Diamant, Genjiru, et Leila
je sais pas trop quoi écrire ce soir
un café, une page blanche, une plume affûtée, et tout a refroidi le temps de s’asseoir
je n’ai pas les mots, ma plume est sèche
l’ennui est fraiche et la solitude est de mèche
je ne sais vraiment pas ce qu’elles tissent
mais ma plume n’exulte rien de bon dans ce qu’elle pisse…

 

By Martin Paul Ze Ondja’a, Tous droits réservés.

Avez vous appréciez l'article ?

About lafrique

Check Also

Mbongo

    Aujourd’hui à l’honneur des Camerounais, Nous parlerons de ce diamant noir. Ce soir …

One comment

  1. BADJAM YAN-TCHAMSI Aimé

    bonjour. Vous avez accouché que des bons textes. Votre muse est réaliste et pleine d’émotion. Mais vos textes sont très longs; et vous vous répétez, puis ça égare votre lectorat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *