Breaking News
Home / Série littéraire / L'ombre de l'histoire / L’Ombre de l’histoire remastérisée : Chap 2 No ratings yet.

L’Ombre de l’histoire remastérisée : Chap 2

Chapitre 2

Il est 3h du matin, l’ambiance est à son comble dans le Night club. Diane la meilleure amie de Carole, assise dans le carré VIP en compagnie des autres filles ne cesse de regarder sa montre et son téléphone portable. Elle commence à s’inquiéter, Carole n’est toujours pas là. Aucun appel, ni message de cette dernière, rien. Ça n’arrive jamais ça, pense-t-elle. De plus en plus inquiète, elle décide alors d’appeler Stephan Messi le petit ami de Carole qui suit une formation militaire dans une école de la capitale, L’EMIA, lui expliquant la situation. Il essaie à son tour de la joindre, sans résultat. Toujours rien. A ce moment là, Stephan est au sein de l’établissement et il est formellement interdit de le quitter sans raison précise. Mais pour une raison ou une autre, cette règle ne semble pas s’appliquer à lui. Il quitte alors l’enceinte de l’établissement pour se rendre chez Carole dans le quartier Bastos où elle réside. Une fois sur place, les militaires chargés de surveiller la maison lui font comprendre qu’elle s’était faite accompagnée quelque part par le chauffeur. Alors qu’il tente donc d’appeler Maurice le chauffeur habituel de Carole, l’un des militaires lui fait comprendre que ce n’était pas lui qui avait pris le volant ce soir mais quelqu’un d’autre qu’ils ne connaissaient d’ailleurs pas. Maurice étant malade avait-il expliqué. Evidemment, aucun des deux hommes n’avait le contact de cet homme.
-C’est quoi cette connerie, gronde Stephan. Vous auriez pu lui demander de s’identifier au moins.
Les deux militaires n’apprécient pas trop le ton employé par le jeune homme, cependant ils n’ont pas trop le choix et s’excusent de n’avoir pas eu ce réflexe-là.
Stephan connait bien Monsieur Hada et sait que le travail qui le retient depuis des mois au Quartier Général est très important et, étant son supérieur hiérarchique, il n’a pas vraiment le droit de l’appeler sans raison. Mais tout à coup son téléphone sonne…C’est lui, le père de Carole.
Surpris par cet appel, Stephan prend du temps pour le décrocher. Il se demande pourquoi le colonel essaie de le joindre et surtout pourquoi à cette heure-ci. Il ne peut pas le faire attendre plus longtemps et fini par décrocher.
-Allô Colonel…
-Carole est-elle avec toi? Parle. Dit-il d’un ton ferme, sans même lui laisser le temps de terminer sa phrase.
-Non monsieur. Répond Stephan.
-L’as-tu vu de la journée?
-Non Monsieur, on a échangé quelques messages ce matin mais c’est tout.
Il y eut alors un long moment de silence que ne pouvait plus supporter Stephan, se demandant pourquoi il était tant questionné au sujet de Carole. Le colonel mit alors fin à l’interrogatoire et lui confia la raison de son coup de fil:
-Je viens de recevoir un appel anonyme. Ma fille a été enlevée et son ravisseur réclame une forte rançon.
-Comment ça? Carole a été enlevée?
-Je pensais qu’il s’agissait d’une mauvaise blague faite par ma fille pour recevoir de l’argent. Mais ce n’est pas le cas.
-Pour tout vous dire Monsieur, j’étais également en train de la chercher. Diane, une amie à elle, m’a prévenu qu’elle ne les avait pas rejoins au Club cette nuit.
-Merci, dit le Colonel avant de raccrocher.

Stephan reste stupéfait face à cette annonce. Il ne comprend pas comment cela avait pu arriver et pourquoi on aurait voulu enlever sa petite amie connaissant, pense t-il, le statut de son père.
Le jour suivant, une cellule de crise avait été mise en place par le colonel Hada à son propre domicile. Il tenait à ce que cette affaire ne s’ébruite pas et fit donc ce qu’il fallait pour qu’aucun média n’apprenne cette nouvelle. Deux militaires, sous le commandement du colonel, faisaient partie de la cellule et avaient reçu l’ordre de chercher Carole le plus discrètement possible, ce qu’ils feront mais sans aucun résultat malheureusement. Cela faisait maintenant deux jours que le colonel avait quitté le quartier général sans aucune raison et il commençait à craindre que le président de la république en soit informé. Il n’avait pas peur pour son rang, il ne souhaitait juste pas détourner le Chef de l’Etat de ses priorités. Diane et Stephan participent aux recherches ainsi que l’épouse du colonel qui avait appris la nouvelle et était revenue au Cameroun.
À Quelques kilomètres de là, dans une voiture, se trouvaient Samuel et Jeff un ami à lui. Tous deux semblaient préoccupés par un sujet qui commençait presque à agacer Samuel alors au volant. Ils voulaient organiser une grande soirée et inviter un bon nombre d’artistes africains connus et même internationaux. Le problème qui se posait alors était celui de l’argent. Aucun d’eux ne pouvait réunir les fonds prévus dans le temps imparti. Jeff semblait donc vouloir renoncer à organiser la soirée. La date annoncée approchait à grand pas et rien n’était encore fait. Pour couronner le tout, le père de Samuel qui d’habitude leur venait en aide financièrement pour ce genre de choses, était surveillé de prêt par l’administration à cause d’une affaire probable de détournement de fonds publics, on ne pouvait donc pas compter sur lui non plus.
– Ça sert à rien de continuer. On passe le message sur les réseaux sociaux pour annoncer la nouvelle. Lance Jeff.
– Calmes -toi tout va bien se passer, dit Samuel avec assurance. On va organiser cette soirée fais-moi confiance.
– Et tu comptes trouver l’argent comment ? Continua Jeff. Tu vas braquer une banque? Voler l’argent de ton père? Il n’en apporte plus à la maison, tu me l’as dit toi même.
Le véhicule sort alors de la route et emprunte un chemin poussiéreux. Il fait penser à cette route sur laquelle Carole avait été enlevé. Ils arrivent devant le portail d’une immense maison, l’une des nombreuses maisons que possédait son père. Ils sont alors dans la ville de Soa. Sorti du véhicule, Jeff ne s’arrête pas.
– Tu n’as pas répondu à ma question.
– Ça suffit maintenant Jeff. Suis-moi juste et tu verras qu’on pourra organiser cette soirée.

Après avoir traversé toute la grande cour, ils arrivent alors derrière la maison, devant un garage qui semblait n’avoir pas été utilisé depuis des siècles.
-Qu’est-ce qu’on fait là?
-Ecoute Jeff. Quand j’ouvrirai cette porte, je veux que tu restes tranquille.
Sam lui explique alors que ce qu’il va voir risque de le choquer mais toutefois, qu’il devait garder son calme et ne rien dire à personne de ce qu’il allait voir. Rien de mieux pour faire flipper son ami qui commençait à se sentir tout bizarre. Sam n’a à ce moment-là pas remarqué que son père est là, du moins que sa voiture était dans la cour et lui à l’intérieur de la maison. Il n’avait aucune raison de s’en rendre compte en même temps, vu que cette maison était utilisée pour la période des vacances et on était encore loin de cette période-là.
Sam ouvre alors la porte et Jeff se retrouve dans une pièce lugubre et sinistre. Difficile de garder son sang froid lorsqu’il voit Carole gisant sur une chaise, comme morte, affaiblit inconsciente et transpirant énormément.
– Mon cher ami, dit Samuel, voici notre source de revenus ; la fête ne sera pas annulée.
Jeff est horrifié et manque de vomir. Reprenant son calme, il dit alors à Samuel:

– Pourquoi Carole Hada est dans ton garage et a l’air presque morte? Tu l’as enlevé? Mais tu es fou ! Balance Jeff. Sam l’attrape alors par le cou et lui dit droit dans les yeux…
– Je t’ai pourtant demandé de rester tranquille. Qu’est-ce qu’il y a? Calmes-toi !

Jeff se détache de la prise de son ami et continu de parler.
– Faut la laisser rentrer chez elle. On va te tuer si on apprend ça. Et la carrière politique de ton père ? Négro, arrête ça. Mais tu joues avec ta vie là. Son père est Colonel…même si le tien aussi est haut placé.
Après une longue discussion, Sam commence à se dire qu’il était peut-être effectivement allé un peu trop loin. Mais sur le coup, il ne compte pas prendre une décision et promet à son ami d’y réfléchir. Il est sincère à ce moment- là. Jeff sort donc de l’endroit pour rentrer chez lui. Il croise alors Joseph, le père de Sam dans la cour et décide après s’être retenu de lui raconter la situation espérant que ce dernier réussisse à ramener son fils à la raison. Après avoir écouté l’histoire, et s’être rassuré que Jeff n’en parlerait à personne d’autre, Joseph demande à un chauffeur de le ramener chez lui, décidant ensuite d’aller voir ce qui se passait dans ce garage. Il est devant la porte et semble ne pas vraiment vouloir entrer après avoir entendu tout ce que Jeff lui avait dit. Il fini cependant par pénétrer dans le lieu. A ce moment-là, Carole est éveillée. Voyant Joseph, elle se sent soulagée et se met même à pleurer. Sam regarde son père, la peur dans le ventre. Il est pétrifié et se sent bête d’avoir pensé à faire une chose pareille, une grosse erreur.
-Je…je suis désolé papa. Dit-il enlevant à Carole l’adhésif collé à sa bouche.
Elle se mit alors à crier.
-Faites-moi sortir d’ici, je vous en prie.
Joseph s’approche de son fils et le saisit par la nuque.
-Papa écoute, je…
-Non…non tais-toi, ne dis rien de plus. Ce que tu as fait est totalement incroyable, c’est inespéré même.
Samuel ne comprend pas ce dernier mot.
– Inespéré?
-Cette fille, c’est bien Carole Hada n’est-ce pas?
-Oui, c’est elle.
Un rictus de satisfaction apparait alors sur le visage de Joseph qui conclu en disant:
– Fils …tu viens juste de donner à ton père ce qui lui manquait pour enfin remporter la guerre qu’il mène depuis un moment déjà. Quoique tu aies prévu de faire avec cette jeune demoiselle, annule-le. Je m’occupe de tout maintenant.

Ni Carole, ni Samuel ne comprennent la situation. Ce qu’elle comprend néanmoins c’est que ses ennuis sont loin d’être terminés…

Auteur: Mark William, Tous droits réservés

Avez vous appréciez l'article ?

About lafrique

Check Also

L’ombre de l’histoire (13)

Chapitre 13 Final Partie 1 1 jour avant le départ des forces spéciales pour le …

One comment

  1. Eh bien… En voilà un « Papa » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *