Breaking News
Home / Série littéraire / Chroniques d'un couple / Chroniques d’un couple: Jour 2 Face à face No ratings yet.

Chroniques d’un couple: Jour 2 Face à face

– Samedi 28 Mai 2007 18h25 ELLE…

 

J’avais besoin de ça

M’asseoir au soleil, profiter du vent et du ciel

M’asseoir sur du gazon comme à l’époque sous d’autres horizons

J’avais besoin de ça.

Une petite pause dans les bois

A la rencontre de mon moi et de mes émois

A la rencontre du souvenir de cet amour qui me suit me hante et me poursuit

Une petite pause loin de toi.

J’ai pris la route pour fuir le monde

Le boulot les devoirs les attentes

Le présent les exigences les obligations

J’ai pris la route pour ça mais surtout pour te fuir toi.

Ma douce tentation je ne pense qu’à toi…

Ce sourire franc et pur que tu m’offres chaque matin

Ce regard rieur qui me met à nu à chaque fois que je le croise

Ma douce tentation promesse d’une impossible liaison je pense à toi…

J’ancre chacun de nos moments volés aussi simples soient-ils dans mon esprit

Le bonjour du matin, Les blagues et fous rires enfantins,

Les regards ambigus, Les simples heures de travail détendues,

J’ancre chacun de ces moments simplets comme des trésors en mon cœur.

Que peux-tu bien penser de moi ?

Quand au-delà des consignes nous échangeons simplement…

Quand au-delà du travail tu prends sur ta pause pour me demander si je ne manque de rien…

Que peux-tu bien penser de ces riens qui confondent mon cœur ?

Sympa et secret…

Je pense que je ne devrai pas me faire tant de films

Sympa et discret…

Je suppose qu’aussi belles soient certaines choses on ne peut les mener plus loin.

Vivement que cela s’achève

Avant que mon cœur ne cède

Avant que mon âme vous cède

Vivement que ce chantier s’achève…

Mince il se fait tard,

Les grilles du parc vont fermer surtout marches vite arrêtes de penser,

Tiens, tant de monde se presse comme moi autant amoureux autant qu’âmes seules,

Mince te voilà…

Je m’arrête, tu t’arrêtes,

Ton regard plonge dans le mien et le mien dans le tien

Plus de bleu de travail ni de tailleur de madame

Nous voici donc face à face et face au vrai

Je n’ose ni penser ni parler

Si je n’étais pas noire je rougirai

J’ose, tu oses,

Un pas, puis l’autre…

 

– Samedi 28 Mai 2007 18h25 LUI…

 

J’ai bien remarqué depuis peu,

Oui petit à petit il ne manque que peu,

Des regards voilés, preux et innocents,

Se versent sur moi, mais tous décents.

J’ai bien essayé de soutenir ces regards,

J’ai bien voulu voler un sourire hagard,

Mais bien trop rapidement elle se détournait,

J’ai bien cru à une invention qui m’aliénait,

Et pourtant jour après jour elle est là,

Qu’il pleuve ou qu’il fasse soleil, toujours là,

Elles sont infimes mes chances d’attirer son attention,

Si le bon Dieu pouvait me créer une petite occasion.

Bientôt un mois, je crois que le chantier fermera ses portes,

Encore deux jours et je ne la reverrais plus jamais de toute sortes,

La rage m’envahit, je me sens submergé et noyé dans mes émotions,

Faut que je marche, faut que je courre, non mieux faut que je vole,

Et pendant que mes pas me conduisent au parc,

Je vois de part et d’autre des corps enlacés,

Et pendant que je m’évade au détour de cet arc,

Un parfum familier, unique, me relance,

Je le reconnaîtrais entre mille ce doux parfum à la lavande,

C’est elle j’en suis sûr, je la sens pas loin à la ronde,

Je suis pétrifié, moite, estomaqué, je ne peux bouger,

A cinq mètre de moi elle se tient, telle une vision de rêve.

Comment peut-on être parfaite juste en t-shirt et Jean ?

Comment peut-on être rayonnante avec un foulard ?

Est-ce normal qu’une créature humaine soit à ce point belle ?

Je veux juste prendre mes jambe et courir loin d’ici,

Mais je ne peux bouger, et fixement nos regards se croisent,

Ils se croisent, se fondent, se noient et pourtant ne se détournent point,

Je suis lourd, mon estomac est tout noué, je veux vomir,

Bouge, parle, fais quelque chose, n’importe quoi mais bouge, hélas,

Tout ce que j’ai pu faire c’est un signe niais de la main et lui dire « Yo »…

 

L’Afrique Écrit, Tous droits réservés.

Avez vous appréciez l'article ?

About lafrique

Check Also

Proverbe d’un jeune Africain

Best free WordPress theme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *