Breaking News
Home / Série littéraire / PRIDE / PRIDE (2) No ratings yet.

PRIDE (2)

EPISODE 2 L’AUBE

Cameroun année 2055 Douala dans le sous-sol d’un des quartiers de la ville se situe les locaux d’une organisation secrète du gouvernement. Dans un des bureaux…

  • Il y a de cela 20 ans un médicament a été mis sur pieds pour lutter contre le cancer; Ce dernier l’a non seulement éradiqué, mais aussi développer certaines aptitudes chez ceux l’ayant reçu. Malheureusement certains de ces hommes ont commencé à se servir de leurs capacités de manière nuisible. Ne voulant prendre aucun risque même si ces derniers constituaient désormais une force de frapper supplémentaire et impressionnante pour notre nation et que parmi eux, se trouvaient des innocents, tous ceux qui avaient été soignés par ce médicament furent mis en quarantaine dans 6 villes du pays. Depuis lors 20 années sont passées. Une longue période de calme et de sérénité. Mais…je le sens je sais que quelque chose se trame. La bonne nouvelle c’est qu’on sait d’où le danger viendra .La mauvaise, on ne sait quand. Mais qu’ils sachent une chose s’ils ont un plan nous aussi on en a. S’ils nous sous-estiment nous, nous les surestimons et quoique ce soit qu’ils tenteront (la lueur d’un regard jette des éclats dans la pièce) nous les briserons…..
  • BITOLOK :(Le regard idiot) J’ai compris patron. C’est la cinquième fois que vous me racontez cette histoire.
  • Anh! Vraiment !? (l’homme frotte le derrière de sa tête).
  • BITOLOK : [soupire] Quelle galère. vous vouliez me parler de quelque chose?
  • Ah oui. En effet les agents 10 à 15 vont être de retour étant donné que ce ne sont que des enfants je voudrais que vous les préparez à être sur le terrain.
  • BITOLOK : Ne le sont-ils pas déjà?
  • Certainement leurs résultats sont impressionnants mais ils ne connaissent rien des réalités du terrain. C’est à cela que je veux que vous les formiez.
  • BITOLOK : D’accord patron a vos ordres (elle se retourne pour s’en aller mais à quelques pas de la porte…
  • ..
  • BITOLOK : Patron?
  • Cette histoire…comme vous l’appelez est loin d’en être une. C’est un fait le danger est permanent et peut frapper à tout moment. Même ceux qui ne savent rien des réalités du terrain ne doivent s’empêcher d’être vigilants la moindre inattention ou tout relâchement de chacun d’entre nous, nous mènera à la perte et ce sera notre fin.
  • BITOLOK : [regret] Désolé patron je ne voyais pas les choses sous cet angle là.je ferais plus attention désormais dit-elle d’un air déterminée.
  • Hum (il sourit)

Elle s’en va. (7 heures plus tard) À L’AÉROPORT

  • DONALD :(il descend les marches d’un avion et prend une bouffée d’air) Hufffm. Nha!!ça fait du bien de respirer l’air du pays 10 ans déjà. (quelques minutes plus tard il passe au contrôle)
  • Veuillez déposer votre valise (deux agents se mettent à fouiller sa valise)
  • DONALD : Ce sont juste mes habits.
  • Laissez-nous faire notre travail jeune homme (ils découvrent un paquet dans sa valise)
  • Et ça c’est quoi? Je croyais que vous n’avez que vos habits.
  • DONALD : Juste des céréales lui répond-il d’un air agacé, mais posé.
  • Wafo! Dis donc apporte moi un verre une cuillère et lait.je vais goutter si ce n’est pas empoisonné.
  • DONALD : Vous êtes sérieux ?
  • ça vous dérange? C’est une question de sécurité alimentaire dès que vous entrez dans notre territoire, même votre santé nous préoccupe.
  • DONALD : (il met la main sur le visage et sourit) Ha-ha .Au moins, y’a des choses qui ne changent pas.

A la sortie de l’aéroport une voiture l’attend

  • Bienvenue MR (Donald entre)

PENDANT CE TEMPS DANS LE CENTRE DES OPÉRATIONS DE L’ORGANISATION

  • La situation à Yaoundé est en train de dégénérer les habitants se plaignent d’agressions les autorités ne gèrent plus la pression. Apparemment certains s’amusent à sortir de la Zone de Quarantaine pour satisfaire leurs pulsions. Selon les sources, il s’agirait d’un groupe bien organisé. Votre mission Agent 6,7et8 y aller et remédier au problème hors de question de rompre la Quarantaine.
  • OK!!! répondent-ils.

QUARTIER NKOLNDONGO DANS LA VILLE DE YAOUNDÉ Un jeune homme est assis sur le balcon d’une villa à un étage.

  • ZAGOR : Ça tarde ça tarde trop quand vas t’on commencer à agir.(un garçon le rejoint et se tient à ses côtés)
  • CASHAREL : Soit patient le moment est proche et très même.
  • ZAGOR : Je veux de l’action c’est trop calme.
  • CASHAREL : Aka moi je m’en vais faire un tour ta négativité gâche l’atmosphère.
  • ZAGOR : C’est ça tâche de ne rien faire d’idiot.
  • Ne t’inquiète pas lui répond un homme perché sur le toit de la maison qui a les yeux fermés. De toute façon qui peut bien nous arrêter. Nous n’aurons même pas encore atteint la phase finale lorsque ces sous hommes se plieront à nos pieds et nous supplierons d’épargner leurs misérables vies. (Il ouvre ses yeux. L’un est totalement noir et l’autre totalement blanc) Et à ce moment, ce sont eux qui subiront notre misère, le revers de la médaille; La fameuse loi du talion.
  • ZAGOR- huhum…Je languis déjà [sourire]

By RAGE, Tous droits réservés.

 

Avez vous appréciez l'article ?

About aridaku

Check Also

AGENT MOI Chapitre 4

4. 48 heures avant   Qui avait dit que parce-que j’étais habituée aux morts, j’étais …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *