Breaking News
Home / Poème / Une nuit en Afrique No ratings yet.

Une nuit en Afrique

7ZZpILK (2)

Me voici en Afrique,
Me voici chez moi,
Me voici au centre de la vie,
Me voici en Afrique,
J’ai vu des beautés,
J’ai vu des paysages,
J’ai traversé des villes,
J’ai vu les plus grands monuments,
J’ai vu les plus grandes constructions,
J’ai traversé des civilisations,
Je ne peux compter les beautés que j’ai vu,
Mais je suis sans voix,
Face à ce spectacle je me prosterne,
Une nuit en Afrique,
Au cœur de l’Afrique,
Quel spectacle fabuleux,
Sa beauté est telle qu’elle m’ôte la parole,
Ô toi Afrique terre de rêve,
Ô toi Afrique terre du passé,
Et paradoxalement terre du futur,
Je m’incline devant ta beauté,
Une nuit silencieuse,
Mais en même temps bruyante,
Les grillons qui chantent,
Les hiboux qui hululent,
Par ci par là un chien aboie,
Des crapauds qui croassent,
Tout cela est bruyant,
Mais tellement bien orchestré,
Qu’on dirait un orchestre philharmonique,
Avec pour chef d’orchestre la nature,
Que dis-je? Dieu lui-même!
Toujours est-il que cette musique est si apaisante,
qu’on ne peut s’en lasser,
Une nuit en Afrique qu’en dirais-je?
Elle est si obscure, ténébreuse,
Et pourtant si clairsemée et lumineuse,
Ici pas d’électricité,
Donc pas de lampadaire ou d’ampoule,
Seule source d’éclairage, une lampe tempête,
Les maisons sont disséminée,
Que l’éclairage des lampes est comme un guide,
On dirait les wagons d’une locomotive,
Tout est si noir et pourtant,
Tout est si clair et lumineux,
Car les étoiles brillent de mille couleurs,
Et la lune est tellement grande et ronde,
Je n’ai pas souvenir d’avoir autant vu les étoiles scintiller,
Le ciel pouvait-il être si beau?
Je lève mes yeux et je vois ce bleu,
Je vois l’immensité du ciel,
Je vois ces étoiles éparpillé dans ce manteau,
et je me sens si minuscule,
Je comprends assurément qu’il existe une force plus grande,
Plus grande que toi ou moi,
Et qui garde intacte cette harmonie,
Je regarde ce ciel immense,
Je regarde cette lune parfaitement belle,
Et je ne peux en détourner mon regard,
Et je comprends pourquoi l’Afrique est si spéciale,
Terre de liberté et d’amour,
Je comprends maintenant la vanité de ma vie,
Face à cette nature si calme je comprends,
Rien ne sers de courir,
Je retourne à mes racines,
Et je me souviens de ce qui est important,
C’est la vie,
La vie que je donne, que je protège,
C’est la famille,
La famille qui m’a vu naître,
Ce n’est pas mon père, ma mère ou mes frères,
C’est ce gars, ce mendiant, ce villageois,
Lui c’est moi et je suis lui,
La famille Africaine généralement moquée,
La famille africaine généralement conspuée,
Au bénéfice du capitalisme ambiant,
C’est toi, c’est moi, c’est l’Afrique.
Une nuit en Afrique,
Une nuit pleine de beauté et de charme,
Et pendant que je la contemple une larme me coule,
Je ne suis pas triste,
Je suis juste de retour chez moi,
Une nuit en Afrique,
Une nuit chez moi.

Mister L. all rights reserved 29.03.2016

Avez vous appréciez l'article ?

About aridaku

Check Also

L’amour dans les bras des autres

« L’Amour dans les bras des autres »   [1] Uni vers celle…   « L’alarme à l’œil …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *