Breaking News
Home / Auteur / Martin Paul Ze Ondja’a / Mon premier Pied No ratings yet.

Mon premier Pied

La première fois que je l’ai fait12771688_1755099124714155_1456199563899034518_o
C’était un soir sous une fine pluie
Je me rappelle que l’effet
Était si fluide, et pour dire vrai il m’a plu oui !
Aujourd’hui encore toutes les nuits
Elle et moi, on poursuit ce son inouï que je n’ai plus ouï
Quand je l’ai vu j’ai voulu que tout autour nous soit débarrassé
Je me rappelle l’avoir ramené d’un bar assez différent, ses vers, il fallait les boire à sec…
Je me rappelle avoir été embarrassé
De découvrir ses formes toutes plates, ses pieds croisés, et de devoir l’embrasser
Les premiers échanges, on sait tous comment c’est
Je ne savais pas par où commencer
J’avais plein d’idées mais toutes condensées
Je jouais le poète serein, mais dans ma tête de con dansais
J’ai commencé à la toucher dans toute l’essence
Le moment d’après j’ai ôté mon tee-shirt, ça allait dans tous les sens
Sans se rendre compte nous étions posés sur la table
Question que je table cette envie insupportable, sur un support stable
Mes doigts ont glissé un peu de partout
J’ai compris qu’elle était vraiment ouverte
Une partouze d’alexandrin, on se prenait par douze
Je faisais plus la différence entre silence ou verbe
J’ai pris tout mon temps, je n’ai pas couru,
J’ai apprécié ses formes et je les ai parcourues,
Je l’ai touché, retouché, je savais ce que ça finirait par tacher
J’ai créé des souvenirs auxquels on peut s’attacher
Là je n’ai pas fait, dix minutes
J’ai ressenti, l’envie qui diminue
Je me sentais un peu démunie et gêné,
De ces contours qui n’avait point jaunit, pourtant j’ai mis de tout mon génie
J’éprouvais du dégout, je n’arrivais plus à l’avoir en face
J’ai perdu gout, on était plus en phase
Je me sentais nu, je me sentais nul,
Je me sentais abusé, et déçu
Je me suis remis dessus, ma main en son sein,
Comme pour me dire reprend et mets-y du tien
Pour faire bien, fait le d’abord pour toi,
Et puis tu trouves le comment quand on comprend le pourquoi…
Là, j’ai repris à nouveau
J’ai compris qu’il s’agissait du plaisir à mon niveau
Je l’ai prise positions, après position
J’y mettais des phrases douces cochonnes, et même à prépositions
À un moment j’ai senti mon corps traversé par un frisson
Le résumé une seconde de cette brève addiction
Une montée de plaisirs insoupçonnés
J’avais tout donné, et je me sentais tout à coup sonné
Je me sentais épanouie, complètement relâché
Je me suis détaché
De toute la rancœur que j’avais recrachée
Dans cette forme de boule de mots, je me suis lâché
Je me sentais différent, plus léger
C’était bon, fier de ce que j’ai poussé dans les jets
On dit souvent qu’on oublie jamais sa première fois
Je l’ai immortalisé dans un poème, pour ne pas laisser cet instant derrière moi
Ce soir-là, j’avais pris mon premier pied
Et depuis ce jour on le refait de tout près mais pieux
C’était la première fois que j’écrivais un texte de slam
Et ce n’est pas le physique qui l’a ressenti c’est l’âme
Auteur: Martin Paul Ze Ondja’a, Tous droits réservés, 02/03/2016.

Avez vous appréciez l'article ?

About aridaku

Check Also

Mbongo

    Aujourd’hui à l’honneur des Camerounais, Nous parlerons de ce diamant noir. Ce soir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *